Pactisoud. Une dynamique à visage humain

Pactisoud. Une dynamique à visage humain

Parution Le télégramme©
Publié le 02 juillet 2019 à 06h00
Lionel Samson

C’est en 1989 qu’Alain Panhalleux a créé avec sa femme Marie-Noëlle, Pactisoud. Ils ont démarré à deux et aujourd’hui, ils sont 27 dans l’entreprise. (Le Télégramme/Lionel Samson)

Il y a quelques semaines, Pactisoud, installée à Yffiniac, célébrait ses 30 ans d’existence. Une année riche pour l’entreprise de chaudronnerie, créée par Alain Panhalleux, puisqu’elle vient de finir un chantier d’extension de son atelier, d’enregistrer 30 % d’augmentation de son chiffre d’affaires et de recevoir un oscar des entreprises pour sa gestion humaine.

Alain et Marie-Noëlle Panhalleux sont un couple d’entrepreneurs heureux. Les créateurs de Pactisoud peuvent marquer 2019 d’une pierre blanche, tant l’année à peine entamée est déjà historique. L’entreprise de chaudronnerie a enregistré une augmentation record de 30 % de son chiffre d’affaires avec 4,1 M€ en mars 2019. Alain Panhalleux a sa petite idée pour expliquer cette réussite exceptionnelle.

Une diversification salutaire

« Ces dernières années, nos métiers ont beaucoup évolué, explique-t-il ; beaucoup de nos concurrents ont fait le choix d’élargir leur domaine d’intervention quand de notre côté, nous avons pris le parti de rester dans notre cœur de métier de chaudronnier. Je pense que nous nous sommes démarqués de nos concurrents par la qualité de nos produits ; ça a payé ».

Et puis, depuis dix ans, l’entreprise s’est diversifiée. Outre ses passerelles pour faciliter la maintenance du matériel, et ces énormes convoyeurs (tapis roulant sur des lignes de production) pour l’agroalimentaire qui sont au cœur de son métier, Pactisoud travaille depuis quelques années sur les projets de méthaniseur à la ferme mais aussi sur des pièces pour le traitement des eaux usées. « Il y avait une réelle volonté de se diversifier », justifie Alain Panhalleux.

Un investissement de 500 000 € dans les locaux

Cette diversification et surtout ce regain net d’activités ont eu pour conséquence d’adapter l’outil de production. Il y a deux semaines, des travaux, entamés en octobre 2018, ont été réceptionnés pour augmenter la surface d’atelier de 450 m² et celle des bureaux de 100 M². Coût de l’investissement, plus de 500 000 €. Cette nouvelle transformation des locaux s’ajoute à d’autres modifications intervenues en 1995 et 2012, preuve de Pactisoud évolue régulièrement pour offrir un outil de production adapté à l’activité mais aussi au personnel.

« C’est une entreprise où il fait bon vivre. »

Sur ce point-là, rien n’est dû au hasard. « C’est une entreprise où il fait bon vivre, aime à penser Alain Panhalleux. L’oscar des entreprises, obtenu dans la rubrique de la responsabilité sociétale d’entreprise, vient récompenser cette politique sociale de Pactisoud. Depuis 1995, nous avons un bâtiment isolé et chauffé ; à l’époque c’était loin d’être la norme ».

En 2005, la surface d’atelier est multipliée par deux. Alain Panhalleux signe un contrat avec la CRAM (Caisse régionale d’assurance maladie) et améliore encore le bâti avec un traitement de l’acoustique, du thermique et l’apport de lumière naturelle avec des baies vitrées dans les ateliers. « Et puis, nous avons aménagé des ponts roulants pour éviter l’excès de manutention », poursuit-il. Il y a aussi quelques avantages sociaux avec un plan d’intéressement sur le résultat depuis 2000, et la participation à la mise en place d’un comité d’entreprise externalisé, WiiSmile depuis, qui permet d’avoir quelques avantages qu’une entreprise comme Pactisoud, avec ses 27 salariés, ne pourraient pas avoir.

Fermer le menu